La cotation des artistes ? Un bon business pour... les imprimeurs !


Cet article a été publié le par association Chez.XYZ.

La cotation des artistes ? Un bon business pour... les imprimeurs !


La cotation des artistes, un bon business pour les imprimeurs !

:

Une véritable cotation ne sert qu'aux spéculateurs et à la défiscalisation.
Il existe un dictionnaire très ancien, consulté par les antiquaires, le Bénézit.
qui est un dictionnaire de référence des peintres, sculpteurs, dessinateurs
et graveurs du monde entier lancé en 1911 à Paris.
Ce dictionnaire est une oeuvre d'art en lui même et un objet de collection... coté !

Mais Il ne référence en général que des artistes morts.
Normal c'est un bouquin pour les antiquaires !

Ensuite le monstrueux site , associé depuis peu au marché de l'art chinois,
Là c'est simple c'est une machine de guerre informatisée qui référence
toutes les ventes dans toutes les salles des ventes du monde !
De la plus petite dans un petit quartier d'une petite ville, jusqu'aux salles des ventes internationales :
Christies France, Sotheby's Londres, etc
C'est un outil, encore une fois, fort efficace pour les spéculateurs.

La cotation artistique n'est donc rien d'autre que l'équivalent de la cotation
du prix d'une bagnole, ou du prix de l'or, ou du sucre, etc,
sur un marché en perpétuel mouvement.

Rien à voir donc, cher ami-e-s artistes bisounours
avec la qualité intrinsèque de vos créations.
Il faut vendre pour être coté et être coté pour vendre !
Ce n'est pas la peine d'attendre les compliments appuyés
de votre cousine ou de votre vieux professeur des Beaux Arts,
votre travail artistique ne vaut que... ce qu'il vaut sur le marché de l'art.
Il est donc préférable de demander l'avis de votre banquier
sur vos oeuvres, si vous souhaitez bouffer demain.

D'ailleurs, bon nombre d'oeuvres contemporaines
n'ont d'autre raison d'être que la valeur marchande qu'elles représentent.

Ah, mais alors c'est pour ça que dans les Musées d'art Contemporain
dans nos belles villes de France, on voit parfois des trucs et des machins,
du genre, un porte manteau déguisé en oeuvre d'art ?
Et oui c'est pour ça ! Ce qui compte c'est... le prix du porte manteau, pardon,
de l'oeuvre.

Au beau milieu de ce fatras des mecs ont trouvé à faire business :
Vendre des cotations aux artistes (100/150 euros plus achat d'un dictionnaire papier évidemment)
juste pour en faire un bouquin et là pas besoin d'avoir vendu en salles des ventes !
Mille pages à trente lignes de noms par page (ou plus) multiplié par 100 euros,
ça laisse une marge pour payer l'imprimeur !

Ces dictionnaires ne sont pas lus par les spéculateurs, ni les amateurs d'art,
évidemment c'est comme allez voir la cotation d'une voiture, et sa valeur technique
dans un bouquin édité par votre chère cousine, qui n'a jamais eu le permis de conduire...

Cela ne sert donc pas à grand chose aux artistes de payer ces sommes,
sauf à arnaquer en direct leurs clients dans leurs ateliers,
clients qui ne comprennent rien à la cotation, et confondent cotation avec qualité artistique,
tout en espérant évidemment faire un placement !

Toutefois, tout n'est pas perdu pour les artistes contemporains et encore vivants,
il existe un dictionnaire papier valable reconnu par les galeristes,
les marchands d'art et ... les antiquaires, c'est le .
Pourquoi ? Et bien parce que ce dictionnaire a été crée dans les années 80
par un véritable passionné d'art, J-A Akoun, qui était déjà marchand de tableaux depuis 1973,
et connaisseur de ce que peut être la "qualité artistique"

Si vous êtes adhérents de l'association Chez.XYZ,
nous pouvons vous aider à présenter votre .
Et, si votre dossier est accepté,
si vous avez les justificatifs des résultats obtenus par le biais des ventes privées ou publiques,
l'association prendra en charge 30% du prix de ce dossier

Bien, une fois tout ceci dit,
comment faire pour faire valider la qualité "artistique" de votre travail,
et lui attribuer un prix de vente correct ?
Sans arnaquer vos clients (!), ni sous évaluer vos oeuvres.

une solution cohérente.
Pour permettre aux artistes, qui ne vendent ou ne vendront jamais en salles des ventes,
d'avoir un outil de référence, un outil de travail pour vendre leurs oeuvres.
une cotation, uniquement accessible sur le net depuis la page de l'artiste, est possible.
Cela coûte 18 euros à l'artiste, une seule fois, avec mise à jour des prix gratuite.

Et la consultation aussi est gratuite !
Consultation gratuite, pour vos clients amateurs d'art,
car sur Artprice et d'autres sites, il faut payer pour voir une cotation d'artiste.
Normal, ce site a été mis en place pour les spéculateurs boursiers.
Ce qui fait qu'une fois que vous avez payé pour y être référencé,
il faut faire payer vos clients pour qu'ils voient votre cotation !

Un énorme business donc que la cotation, un business à lui tout seul, car les marchands de cotation,
qui s'adressent surtout aux fervents défenseurs de la défiscalisation,
ou qui ne sont souvent rien d'autre que des imprimeurs de bouquins jamais consultés,
ne vous aideront pas à vendre votre travail.
Nous si !

Pour nous contacter,

(Cliquez, vous ne perdrez pas
votre page)

Don Chez.xyz

Recommander cet article

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander l'article La cotation des artistes ? Un bon business pour... les imprimeurs !.

 Champs obligatoires

@
@
Veuillez recopier le code de sécurité ci-dessous afin de confirmer que vous n'êtes pas un robot.