Chronique des temps par Michel Tchang


Cet article a été publié le par association Chez.XYZ.

Catégorie : Reportages

La Science et l'Eglise, texte par Michel Tchang


Lorsque l’homme a commencé à s’interroger sur son entourage, il a cherché ou imaginé une réponse.
Peut-être pour augmenter l’efficacité de la chasse, ou influencer les pouvoirs (tonnerre, vent, etc.),
ou juste pour répondre à sa curiosité, ou ambition personnelle.
Quoi qu'il en soit, cette interrogation est une des bases de la science et de la religion.
C’est la recherche de réponses ou d’une réponse aux questions qu’il se pose.

Les tout premiers hominidés (Néandertaliens, Homo sapiens…) étaient probablement des animistes.
Une première tentative d'explication du monde était de donner un esprit à chaque élément : arbre, animal, tonnerre.
De même, quand ils ont commencé à enterrer leurs morts, il est possible que cela avait une raison pratique
comme pour éviter que l’odeur attire les prédateurs, mais quand il ont commencé à déposer des cadeaux auprès du corps,
cela impliquait qu'ils croyaient en une sorte de vie après la mort.

Dans ce contexte, il y avait certainement un ou plusieurs hommes (chaman, gourou, sorcier ou autre)
qui devaient prétendre pouvoir influencer ou communiquer avec les esprits et, à ce titre,
en se posant comme intermédiaires avec les dieux, ils étaient certainement craints et respectés.

Imaginons maintenant qu’un individu de la communauté vienne prétendre que ces esprits ne sont pas ce qu'ils sont,
mais pourraient être autre chose. Il est facile d'imaginer que le sorcier de service défendrait sa position
et entrerait en conflit avec ce fauteur de troubles.

Faisons un saut dans le temps en 1600 un moine dominicain et philosophe, Bruno Giordano, est brûlé vif
pour avoir osé défendre la thèse de l’héliocentrisme mettant en doute que la terre était immobile au centre d’un ciel fini.
Quelque temps plus tard Galilée, en 1610, découvre quatre petits corps tournant autour de Jupiter et
des irrégularités dans les phases de Venus.
En 1632, Galileo publie son « Dialogue entre les deux plus grands systèmes du monde », impliquant l'héliocentrisme,
c'est à dire que le soleil est le centre du monde et non la terre. Il finit par affronter l'Inquisition.
Conscient du danger qu'il encourait pour sa vie, il fit amende honorable et fut condamné à s'abstenir d'enseigner
ou de défendre cette doctrine, ou d'en débattre.
A sa mort pourtant il murmura, d'après une légende, à propos de la Terre : « Eppur si muove » (Et pourtant elle tourne ).

En 1744, Benoît XIV autorise la publication des Dialogues mais en avertissant que le « mouvement de la Terre » doit être considéré
comme simple hypothèse. Le pontife ne revient pas sur le décret interdisant l'héliocentrisme qui ne sera annulé qu'en 1822.
En 1992, le pape Jean-Paul II « réhabilite » Galilée, réduisant son procès à une « tragique et réciproque incompréhension »
entre lui et saint Bellarmin, le Cardinal Inquisiteur qui fit bruler Bruno Giordano.

Faisons maintenant encore un saut dans le présent et le futur.
Nous savons que trois conditions sont nécessaires pour que la vie puisse se développer.
La première est l’existence des composantes chimiques dites biologiques
basées sur le carbone (C), l’hydrogène (H), l’oxygène (O), l’azote (N) et éventuellement le silicium (Si);
la deuxième est l’existence d’un liquide et la troisième la présence d’une forme d’énergie.
Il se trouve que depuis quelques années nous savons que ces trois conditions sont
probablement présentes sur certaines lunes de Jupiter et de Saturne.
C’est dans cette perspective que la NASA a envoyé le satellite Europa Clipper autour de Jupiter
et mènera une enquête détaillée de la lune de Jupiter, Europe.
Cette lune a de fortes preuves que sous sa croûte glacée un océan d'eau liquide est présent.
Des conditions favorables à la vie semblent être présentes.
De même Titan, lune de Saturne, avec sa température de -179°C et ses lacs et rivières de méthane liquide,
ressemble beaucoup à une Terre primitive, avec une atmosphère riche en azote et en carbone.

C’est pour cette raison que la Nasa compte envoyer un drone (Dragonfly) en 2026 à sa surface pour rechercher des indices de la vie,
ou au moins des molécules biologiques.L’atterrissage aura lieu en 2034.

Naturellement la question de la vie dans d’autres planètes va et a déjà déchaîné les passions
car cela ne va pas manquer de mettre en question certaines certitudes philosophiques ou religieuses.

Je peux tout au plus comprendre l’existence de religions ou de croyances basées sur des affirmations, de textes ou de récits légendaires.
Ces actes de foi ont aidé beaucoup d’hommes à vivre avec des certitudes qui leur permettaient de supporter les aléas,
les douleurs ou les espoirs de la vie. Mais elles ont également provoqué des luttes et des oppressions.
Quant à la science, elle peut être regardée comme froide par certaines personnes à la recherche d’un sens humaniste
et romantique de la vie mais notre environnement étant ce qu’il est,
la Science donne une méthodologie à la recherche de plusieurs explications de notre environnement
mais basées sur des faits démontrables et non par des affirmations plus ou moins gratuites.

Naturellement les hommes étant ce qu’ils sont, il y aura toujours certains qui joueront avec le feu,
enfermés dans leur logique intellectuelle ou dans leur ambition politique ou financière.
Dans ce dernier cas il y a des éthiques qui sont définies mais comment les faire respecter est une question de société,
sur laquelle on peut épiloguer et discuter encore longtemps.

En ce qui me concerne je me garderai bien d’émettre une conclusion car mon intention est justement de citer des faits
et non de défendre une thèse ou une hypothèse.


Michel Tchang*
*Apres des études de mathématiques et de Physique à Paris. Il est Diplômé de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Zurich
et Master en Science (Anthropologie) avec pour thèse les sous-groupes des Néanderthaliens,
à l’Université d’Etat de St Cloud dans le Minnesota. Il étudie actuellement l’Exobiologie qui concerne la vie extraterrestre.






Galerie.XYZ vous conseille aussi la lecture de
Lettre du Pape JEAN-PAUL II aux artistes 1999



(Cliquez, vous ne perdrez pas
votre page)

Don Chez.xyz

Recommander cet article

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander l'article Chronique des temps par Michel Tchang.

 Champs obligatoires

@
@
Veuillez recopier le code de sécurité ci-dessous afin de confirmer que vous n'êtes pas un robot.