Couleurs internet RVB et imprimerie CMJN - C'est quoi ?!!

Cet article a été publié le par Eric Caminade Batistin.

Comment avoir sur un imprimé des couleurs qui ressemblent au plus près
à celles sur une photographie d'une oeuvre vue sur internet

Quand on fait des couleurs pour le net, RVB rouge, vert, bleu,
c'est pour que la couleur soit visible avec une lampe derrière,
pour que nous puissions la voir sur un écran d'ordinateur, de tablette, de mobile.
Comme un rouge sur un tissu, derrière lequel se trouverait une ampoule ​.
​Par contre sur l​e ​même tissu, posé sur une table, il n'y a pas de lumière à travers,
et donc forcement le rouge n'aura pas la m​ême apparence​.
Comme du rouge imprimé sur une feuille de papier.

​Donc pour avoir sur un imprimé, des couleurs qui ressemblent au plus près à celles sur un écran,
il faut retravailler les couleurs en CMJN ( cian, majenta, jaune, noir).
C'est à dire, avec des couleurs faites avec des pigments de couleurs,
ici donc des encres d'imprimerie.​

Pourquoi ? Et bien figure​z vous que, comme en musique il y a un solfège différent,
selon si l'on commence à écrire une portée musicale en clé de Sol ou en clé de Fa,
en peinture, sur le net, en imprimerie pour les couleurs c'est pareil !

Le pr​e​mier "solfège" sont les couleurs de lumière, l'arc en ciel (ou ​l'écran d'ordinateur):
si ​on mélange les couleurs de l'arc en ciel, quand le prisme d'une brume disparaît, tout redevient... blanc !
La lumière quoi !

​Par contre si ​on mélange les couleurs de terre, les pigments,
le CMJN d'imprimerie, les encres pour papier,
et bien ​cela donne du marron, du noir, du caca​ ​d'oie !

La nature est plus douée que nous, en tout cas pour la lumière !

Donc nous travaillons en RVB , pour avoir de belles couleurs​ à l'écran , comme le tissu devant une ampoule​.
Mais il faut un programme et un certain savoir faire
pour "traduire" au plus près les nuances de couleurs internet
en couleurs de pigment de terre ( CMJN) (tissu sur une table)

​Tout le travail du graphiste consiste donc à savoir régler son programme
pour que l'impression ressemble au plus près aux couleurs que l'on voit
sur une photographie passée sur un écran d'ordinateur.

En sachant qu'en plus, tout dépend de "l'étalonnage " des couleurs de l'écran du client et du graphiste,
des couleurs de la photo qu'il envoie, et si ces couleurs sont approchantes ou pas de l'image originale !

Dans l'absolu il faut d'abord passer par un photographe professionnel
pour avoir des photos énormes en 5000 pixels au moins,
prises avec un appareil "étalonné" aussi, pour respecter l'oeuvre originale.
Puis ensuite, ce qui est à prendre en compte, une fois passé par le graphiste,
il faut que l'imprimeur ait bien réglé sa machine,
et savoir aussi que la couleur va changer selon le papier choisi pour l'impression !

Par exemple, prenez des gouaches de votre enfant,
peignez avec la même couleur sur le métal du réfrigérateur ou
sur une serviette en papier qui va bien boire la peinture,
et vous ne verrez pas la même couleur, alors qu'elle sort du même pot de peinture...

Et pour finir, selon l’éclairage, électrique ou naturel, ce ne sera pas non plus la même couleur !
Nous vous conseillons donc, de prendre en compte tous ces paramètres,
si vous décidez de vous lancer dans l'impression d'un catalogue ou livre d'art !

°

L'autre solution, proposée par Com'Une Plume et Graphiste Web,
évitant bien des soucis, et offrant une excellente solution intermédiaire,
est d'utiliser la force des réseaux sociaux,
la force de diffusion sur internet offerte par l'association artistique Chez.xyz,
et de faire construire et publier une version web, numérique donc, (ou flipbook)
de votre pressbook/portfolio artiste ou entreprise.

Un bon moyen, et à moindre frais, de présenter votre travail
à vos clients amateurs d'art et aux galeristes.


Cliquez ici pour en savoir plus