Retour au port - texte par Batistin

Cet article a été publié le par Eric Caminade Batistin.

Catégorie : Textes

Nous venons de là-bas, de l’autre coté d’ici-bas,


Nous venons de là-bas, de l’autre coté d’ici-bas,
et ne savons sur le pont que fleurter avec la mort.
Compagne fidèle qui donne à ses amants des airs de conquérants
et laisse au coeur un gout d’éternité.

Ceux qui la connaissent vivent sans raison et sans peur ,
franchissent les saisons, le temps ancré dans leurs veines ouvertes,
ou se noient en paroles de philosophes,
la verve verte des jeunes gens tristes et des vieux alchimistes.

Encore une lame, l’horizon perdu et le vague à l’âme,
et puis s’engouffrer en déferlante, noyé d’une écume lente,
au creux d'une étreinte molle.

Solitude adoucie en étoiles épanouies,
sous le soleil charognard de ma figure de bagnard,
mes os s’en souviendront, j’étais heureux au fond.
Heureux de n’avoir pour espoir que de finir vite...

Et puis on a flotté, le bateau est remonté,
sur le pont on est resté.
Imbéciles entêtés à attendre la gigantesque vague,
celle qui, dans un grand rire, se fout du grotesque.

Puis échouer sur une île vide de sens, revoir des frères,
accoster, atterrir et n’en rien attendre, impavide.

Et pourtant, au large, je croyais savoir aimer !

°

Batistin vous conseille
(Cliquez, vous ne perdrez pas votre page)